Orfeu Negro : carte postale do Brasil

Orfeu Negro : carte postale do Brasil

Palme d’or du festival de Cannes en 1959, le film de Marcel Camus a coiffé au poteau Truffaut et ses 400 coups et Resnais venu présenter Hiroshima Mon amour, entre autres. A base de batucada, de samba, et de favela, Orfeu Negro est un voyage dans un Brésil qui n’a certainement jamais existé mais qui fait plaisir aux yeux.

Orphée muy caliente

Il y a d’abord un mythe, celui d’Orphée qui descend aux enfers chercher sa petite zouz, Eurydice et qui la perd à jamais parce qu’il se retourne pour la regarder alors qu’Hadès lui avait formellement interdit. Puis il y a une pièce de théâtre Orfeu da Conceiçao écrite et mise en scène par Vinicius de Moraes qui travestit le couple mythique en danseurs de samba avec le carnaval de Rio pour décor.

Ensuite il y a un producteur Sacha Gordine qui voudrait adapter la pièce et un réalisateur qui accepte, Marcel Camus. Après un an passé à chercher des financements et un casting particulièrement médiatique, Camus ayant publié des petites annonces dans un journal brésilien dans le style « cherche homme noir d’1m70 », le tournage de Orfeu Negro débute enfin avec le footballer Bruno Mello et la magnifique femme du réalisateur, Marpessa Dawn, dans les rôles principaux.

Et pour finir, il y a un film d’une sensualité épatante où tout est beau, les acteurs, les danseurs, la musique, les costumes, le carnaval, Rio, etc. Orphée est le tombeur de ces dames qui succombent toutes devant son déhanché et sa musique. Il est d’ailleurs tellement doué qu’il se murmure dans la favela que c’est lui qui fait lever le soleil grâce à quelques accords de guitare et sa voix tendre qui fredonne une samba mémorable. Eurydice, arrivée des faubourgs de la ville pour échapper à la Mort, est une fleur sauvage farouche et sublime qui ne tardera pas à se faire happer à son tour par l’effervescence du carnaval. Rita, l’amoureuse éconduite d’Orphée, n’est pas en reste non plus, tant sa danse ardente et chaloupée reste gravée dans nos mémoires.

Il faut dire également que dans Orfeu Negro, même la Mort est belle avec une petite combinaison des plus saillantes.

La Mort

La Mort

Histoire d’une musique

Comment parler du film, sans parler de la musique qui l’accompagne alors qu’elle résonne aujourd’hui encore à nos oreilles. Orfeu Negro, c’est Manha de Carnaval, ni plus ni moins. Ce véritable hymne bossa nova composé par Luiz Bonfá va rythmer le film et devenir son symbole. On peut également citer La Samba d’Orphée ou encore la Felicidade, la musique d’ouverture composée par Antonio Jobim. C’est d’ailleurs ce dernier qui fut en charge de cette bande originale avec l’aide de Moraes (l’auteur de la pièce) et sur laquelle Camus interviendra jusqu’à demander la modification des paroles.

Ambiance carte postale

Vous l’aurez compris ce n’est pas vraiment un film qui fait dans le réalisme social et c’est justement ça qui a énervé pas mal de monde à l’époque. Dézingué par Jean-Luc Godard dès sa sortie, Orfeu Negro reste aujourd’hui encore un film controversé pour son effet carte postale d’un brésil exotique haut en couleur. Pas très authentique tout ça, d’autant que Camus ira même jusqu’à créer une favela pour les besoins du tournage.

Dans son livre « Si tu vas à Rio… » : la musique populaire brésilienne en France au XXe siècle, Anais Fléchet rappelle pourtant que si la polémique apparaît justifiée, Orfeu Negro fut à l’époque un des rares films à mettre en scène des acteurs noirs. D’ailleurs, l’élite brésilienne aurait trouvé le film trop noir à son goût et donc indigne de représenter le pays au festival de Cannes. Fléchet note également qu’à sa sortie le film suscita un engouement quasi général et que la polémique ne prit de l’ampleur qu’avec le développement du cinema novo :

« Cette condamnation rétrospective est donc moins révélatrice du manque d’authenticité du film que de l’importance croissante du critère d’authenticité dans le discours critique à partir des années 1960. »

A vous de juger.

Author

Related

Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Post Reply