La street photography en ligne de mire

La street photography en ligne de mire

Un américain à Paris

Depuis septembre dernier, les photographies de Garry Winogrand sont venues tapisser les stations de métros parisiennes, invitation poétique à se rendre à l’exposition du Jeu de Paume consacrée au photographe de rue américain, considéré Outre-Atlantique, comme une figure majeure de la  « street photography ». Une reconnaissance mal établie en Europe où lui sont préférées les Doisneau, Brassaï et Cartier-Bresson, héros de la photographie de rue du Xxème siècle eux-aussi célébrés en 2014, Brassai à l’Hôtel de ville, au centre Pompidou au printemps dernier pour Cartier-Bresson.

Grâce à cette exposition au jeu de Paume, l’injure est réparée puisque c’est une rétrospective très riche qui nous est proposée, revenant sur le parcours de celui qui fit ses premières armes dans la Grande Pomme au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, avant de parcourir l’Amérique entière. Des chroniques que le photographe a mené à grand train, capturant des épisodes de la vie quotidienne des habitants des villes américaines où il est facile de sentir l’œil du photographe, parfois ému, souvent ironique.

Garry Winogrand

Garry Winogrand

Des streets photographers surexposés

Année chargée pour les amateurs de photographie qui, on peut le dire, ont été bien gâtés en 2014. En plus de ces belles expositions, il faut ajouter à cela le film consacré à la mystérieuse Vivian Maier sorti en salle cet été, réalisé par Charlie Siskel et John Maloof. Loin du très médiatisé Winogrand, on découvre l’histoire de cette nanny photographe dont le travail collossal fût découvert par hasard, après sa mort, lors d’une vente aux enchères. Des rues de New-York à Chicago, c’est la vie quotidienne des gens qui est capturé par cette nanny à l’alibi parfait, et parmi ces milliers de clichés d’inconnus, plusieurs autoportraits réalisés par l’entremise de miroirs ou de vitrines, révélant ainsi la nature ambigüe d’une artiste peu commune.

Vivian Maier -Self Portrait

Vivian Maier -Self Portrait

 

Une ethnographie de l’Amérique

Deux styles très différent pour ces deux contemporains qui expérimentèrent pourtant la même Amérique (l’un est né en 1926, l’autre en1928).

Bien que leur démarche ne relève aucunement du documentaire ou d’un regard scientifique, ces deux artistes réalisent une œuvre relevant de l’ethnologie urbaine et ce, sur plusieurs décennies. Photographies d’une Amérique en pleine mutation : émancipation des femmes, confrontation des classes pauvres et marginales dans la ville florissante des 30 Glorieuses, manifestation des années 70 et naissance du mouvement hippie…autant de grands épisodes du Xxème siècle capturés pour la postériorité qu’on le redécouvre avec intérêt.

Mais au-delà de l’intérêt historique de ces chroniques de l’Amérique passionnante du siècle dernier, le charme des photos de rues réside surtout, pour le spectateur, dans les histoires qu’elles esquissent.

Marie Latirre

Garry Winogrand

Du 14 octobre au 8 février 2015

Jeu de Paume (http://www.jeudepaume.org/index.php), 1 Place de la Concorde. Paris 8ème

Du mardi au dimanche, 10/7,50€

 

Author

Related

Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Post Reply