Deutschland 83 : du nouveau à l’Est

Deutschland 83 : du nouveau à l’Est

Il y a quelques jours, Canal+ diffusait les premiers épisodes de la série Deutschland 83. Avant elle, c’est la chaîne américaine Sundance TV (digne descendante du festival de film du même nom) qui avait présenté la série en version originale, une première pour une création allemande. Un visionnage intensif plus tard, on comprend l’emballement, on partage l’enthousiasme et on en redemande.

De l’autre côté du Mur

Martin a 24 ans lorsque sa tante, cadre de la Stasi dans l’Allemagne de l’Est, décide de l’embarquer malgré lui dans une mission d’espionnage. Il est alors envoyé de l’autre côté du Mur pour prendre la place d’un aide de camp, avec la tâche délicate d’espionner les hauts dignitaires qui transitent par sa base.

La mission est alors capitale à l’heure où la Guerre Froide atteint un niveau de tension extrême : la crise des euromissiles bat son plein. L’URSS refuse de désinstaller ses armes nucléaires et l’OTAN, malgré les négociations et les manifestations citoyennes en faveur de la paix, installe à son tour des missiles et les pointes vers l’Est. En 1983, le monde frôle une nouvelle guerre mondiale.

1983 : assistez à la naissance du monde moderne

Si politiquement, l’année 83 s’inscrit comme une année à part, elle représente aussi un point de rupture dans le monde moderne. 1983 c’est l’année de sortie du Retour du Jedi ou de l’album Let’s Dance de David Bowie, c’est aussi l’année où l’on découvre le premier téléphone portable (merci Motorola), le premier ordinateur portable avec interface graphique (merci Apple) et autres Walkman. 1983 est aussi connue pour être la triste année où le virus du Sida fût découvert.

La série ne se contente pas de reproduire impeccablement l’esthétique des 80’s : elle parvient à nous faire ressentir la même excitation que celle du jeune héros, propulsé dans ce monde moderne qui se cherche de nouvelles fondations et édifie ses propres idoles. C’est un véritable choc de popculture que subit le jeune Martin, qui a dû troqué le maussade uniforme de la RDA au profit – des non moins conventionnels- Stan Smith et t-shirt floqué Puma pour réussir sa mission. Ce qui vous laisse entrevoir quelques scènes cocasses.

Pour couronner le tout, la bande-son (Eurythmics, The Cure, Duran Duran, Bill Withers…) est absolument parfaite.

1983, on y est.

Author

Related

Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Post Reply