Une histoire américaine

Une histoire américaine

Vincent, parisien trentenaire, part à New-York reconquérir sa belle américaine après une rupture, dont il semble faire un déni total. Armel Hostiou filme les errances de ce charmant loser dont l’histoire américaine n’a rien d’attendu.

Tragédie romantique

Vincent Macaigne dans une interview pour Clique râlait contre le côté comédie romantique que les communicants du film ont voulu donné à cette œuvre qu’il définit davantage comme « une histoire tragique, mais avec de l’humour ». Et en effet le film n’a rien d’une comédie romantique classique : anti-héros pas très fringuant, Vincent lutte pour reconquérir son américaine, aussi belle que lui est disgracieux. Le physique de cette femme (« elle est belle, hein ? ») l’obsède tout au long du film, autant que le sien. Tragédie sur le fond, le film possède tout de même les allures d’une comédie grâce au talent de son acteur principal qui semble avoir perdu tout sens commun. De plus en plus entêté, de plus en paumé, l’acteur ne finira pas de poursuivre sa Barbara jusqu’à friser la folie.

Une histoire New-Yorkaise

Le film commence avec un très long plan filmé depuis le Roosevelt Island Tramway, le long du Queensboro Bridge qui nous laisse découvrir une vue panoramique de Manhattan. Le film installe d’emblée New-York comme un personnage à part-entière de l’histoire. Cette entrée en matière avec une vue d’ensemble canonique et classique de la métropole new-yorkaise annonce une grandiloquence aussi vite abandonnée au profit des rues de New-York, de son métro et ses bars qui accueillent les tribulations de notre héros. Une scène d’ouverture à l’américaine, riche de promesses que l’on ne peut s’empêcher de comparer à la scène de fin, autre vision new-yorkaise, beaucoup plus terre à terre cette fois.

La ville et ses quelques quartiers emblématiques représentés (Times Squares, China Town, Coney Island) ne sont pas filmés à dessein de faire de beaux plans mais plutôt pour rendre le caractère « dément » de la ville, immense et donc propice aux errances de notre vieux Vince. Au milieu de cette pieuvre, chacun vit sa vie et ne prête qu’une attention toute désuète à la détresse de ce pauvre vieux, condamné à gérer son obsession en tête à tête avec lui-même.

Vincent le magnifique

La présence de Vincent Macaigne dans un film est une raison qui motive à elle seule le déplacement dans une salle obscure. Pour ma part, j’ai découvert sa coupe improbable, sa voie rocailleuse et son regard droopiesque dans la Bataille de Solférino, retrouvé dans le court-métrage de 2011 de Keren Ben Rafael I’m your man (diffusé au cours d’une projection du master métiers de l’édition et de l’Audiovisuel dans le cadre du festival Le Jour le plus court) et m’en suit délecté dans cette histoire américaine, pas ordinaire. Acteur, metteur en scène, scénariste…Vincent Macaigne est sur tous les fronts, du théâtre (il a récemment refait l’Idiot au théâtre de Vidy) au cinéma d’auteur français, un peu à la façon d’un Pierre Richard qui emmène ses gimmicks de film en film.

Vincent fait rire malgré ou à cause de ses airs de loser, très souvent à côté de ses pompes. Dans une histoire américaine, les situations ubuesques s’enchaînent et nous offrent des comiques de situations d’anthologie (pour ceux qui ont vu – ou verront – le film : la scène de la demande en mariage qui suit celle du jus d’orange sont de véritables pépites !). Vincent Macaigne malgré ses airs de parisien mal léché joue avec une extrême finesse, donnant encore plus de réalisme aux scènes qui doivent beaucoup au charme de l’improvisation.

En attendant ses futurs films, on peut le retrouver dans les (quelques) salles qui projettent son histoire américaine. Avec une mention spéciale pour le générique final, raconté par Vincent Macaigne, lui-même !

photo

 

Une histoire américaine est un film de Armel Hostiou avec Vincent Macaigne, Kate Moran

Sortie le 11 février.
À Paris, le film est projeté au MK2 Beaubourg, Hautefeuille et au St Lazare Pasquier.

Author

Related

Comments

  • sara sara février 15, at 10:20

    précieux Vincent Macaigne il est excellent , il fait rire et à même temps qu'il nous fait réfléchir sur des vérités de la vie de nous les humains OU les indifférents = dit humains ; il est doué pour tout et partout à la dernière heure interpréter des situations de nos vies , oui on va le voir au cinéma pour voir notre bien aimé acteur Vincent Macaigne Une Histoire Américaine= Une Histoire Macaigne aux sensibilités de Macaigne grand amis du réalisateur du film ; on vous aime

    Reply

Post Reply