Fort McMoney, à l’abordage !

Fort McMoney, à l’abordage !

C’est bon, Fort McMoney a ouvert ses portes! Le jeu documentaire de David Dufresne (+ Arte, + Toxa, + ONF) est maintenant accessible en ligne et invite les internautes à découvrir et diriger la ville du pétrole. Vu que je n’ai pas encore eu la chance (le temps) de commencer l’aventure, j’en profite pour vous faire part de ce que j’ai vu et entendu lors de l’avant-première à la Scam organisée pour les gens du milieu et les curieux.

De l’importance de David Dufresne

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, David Dufresne, c’est le monsieur qui a fait Prison valley. Du coup c’est devenu un peu le « parrain » dans le milieu, ce qui explique pourquoi j’avais un peu hâte de découvrir sa nouvelle production.  Initiateur du webzine La rafale et membre du parti pirate,  on aperçoit également sa moustache dans la Contre-histoire des internets pour nous parler de l’importance d’un web indépendant.

Cette fois-ci, avec son compagnon de voyage Philippe Brault (Prison Valley), il prend la direction Fort McMurray en Alberta avec l’envie de nous parler du pétrole, du capitalisme et de nous. Car lorsque Fort McMoney nous invite à faire des choix et prendre des décisions pour la ville, c’est de nous que l’on parle, de notre vision de la politique et de nos habitudes de consommation.

Direction SimCity

Avec Fort McMoney,  les équipes d’Arte, de l’ONF et de Toxa nous proposent un serious game d’auteur à la sauce SimCity. Lorsque l’on entre dans le jeu, on part à la rencontre des personnages de la ville. Au fur et à mesure de nos rencontres, des indices récoltés, des endroits visités, le spectateur va accumuler des points d’influence qui vont lui permettre de prendre part au débat avec les autres joueurs et peut-être les rallier à sa cause.  Plus le joueur s’enfonce dans la partie documentaire et visionne du contenus (plus de 8heures en tout), plus il aura de points d’influence. Il y a également des points bonus à aller chercher pour les joueurs qui partagent des contenus sur leurs réseaux sociaux.  L’internaute prend ainsi les commandes de la ville. Il vote et prend des décisions qui peuvent changer le visage de Fort McMoney.

Pour enrichir leur jeu et leur compréhension des enjeux soulevés par Fort McMoney, les internautes auront également à leur disposition une revue de presse assemblée par les médias partenaires  : le Monde, le Daily Mail, et le Süddeutsche Zeitung . Mis en ligne au fur et à mesure, ces articles rappelleront aux  joueurs que tout ça n’est pas seulement qu’un jeu.

S’engager en jouant

Avec ce jeu documentaire, David Dufresne et son équipe souhaite « attraper les consciences d’une autre façon ».  Grâce à une mécanique de « gameplay » bien huilée, on accroche l’attention du public et le force à réfléchir sur ses propres habitudes de consommation. Derrière ce projet audacieux, il y avait avant tout l’envie « de faire un jeu sur le capitalisme »

Si l’initiative de David Dufresne est unique dans le paysage du web-doc, la démarche du jeu peut nous rappeler certaines productions comme Super-Maire de Radio Canada où les internautes doivent gérer une ville en fonction d’un budget. Dans ce jeu comme dans Fort McMoney, on peut observer les conséquences de nos actions sur la ville et les habitants.

Ainsi,  c’est un jeu à découvrir de toute urgence, surtout si vous voulez savoir quel tyran vous êtes. Quant à nous, on se voit là-bas.

Pauline Legrand

Author

Related

Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Post Reply